RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

D’Alep à Mossoul, ou le « deux poids, deux mesures ! » des va-t-en-guerre médiatiques

Dans ces deux villes assiégées, l’une syrienne, l’autre irakienne, on ne saurait minimiser les souffrances endurées par les civils ; ni a fortiori nier l’obligation pour l’opinion publique d’être archi-vigilante contre toute forme de vendetta politique, de crime de guerre ou de « purification » ethnico-religieuse. Et cela, bien entendu, quel que soit leur auteur éventuel ! Mais comment ne pas être stupéfait, voire, estomaqué par l’extraordinaire « impartialité » avec laquelle les médias dominants traitent les deux assauts ?

A Alep, on aurait affaire à d’affreux successeurs « régimistes » d’Assourbanipal et d’Ivan le Terrible traquant des « démocrates » propres sur eux et bien gentillets. Certes, ces gentils jeunes gens émargent un tantinet à Al Qaida (l’organisation si sympa qui a revendiqué la destruction des Tours jumelles !) ; mais ne sont-ils pas, d’abord et avant tout, favorables au « Grand Moyen-Orient » tel que l’avait dessiné Bush Junior ? Rappelons que ce projet étatsunien visait très ouvertement au repartage ethnico-impérial des ex-Etats nationaux d’Irak, de Syrie ou de Libye qui, nonobstant l’incontestable brutalité de certains de leurs dirigeants d’antan, avaient surtout le « tort » de nationaliser le pétrole, de sympathiser avec l’URSS ou d’autoriser les filles à aller nue tête à la fac ?

Et nos médias, surtout ceux hélas de la « gôôôche » établie, de traiter finement de « salauds » ceux qui osent rappeler que la Syrie, l’Irak et la Libye sont des Etats souverains, que la Charte de l’ONU se réfère au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes SANS INGERENCE et que –il faudra bien finir par s’y faire ! – les « mandats » français, italien, anglais, etc. sur les ex-pays colonisés n’ont plus cours depuis longtemps... Vraiment abominables d’ailleurs les sales types qui suggèrent que les « guerres civiles » afghane, irakienne, libyenne, syrienne, yéménite, n’auraient jamais fait 300 000 morts et des millions d’exilés si elles n’avaient pas été financées, encadrées, lourdement armées, voire dûment inspirées (la théorie US du « choc des civilisations » n’a pas été concoctée à Damas !) par l’Occident « humaniste » (et surtout : capitaliste) acoquiné aux « pétro-démocrates » bien connus de Riyad et du Qatar...

A Mossoul, c’est le contraire bien que la ville soit assiégée par un conglomérat d’Etats rivaux et de milices disparates, dont chacun sait qu’ils et elles s’entretueront une fois la cité reconquise. Là-bas, voyez-vous, l’assaut final est tout ce qu’il y a de plus sympa, de plus « chirurgical », voire d’humanitaire ! C’est à peine si nos géopoliticiens à la Bernard Guetta et à la Glucksmann Fils remarquent que dans les deux cas, Alep et Mossoul, ce sont bien les égorgeurs de Daech qu’il s’agit théoriquement d’extirper ; et qu’en conséquence, une coalition incluant les Etats souverains de la région sous l’égide de l’ONU (comme l’avaient proposé Damas et Moscou), eût logiquement et rapidement réglé le compte de Daech en coordonnant tous les fronts, donc en écourtant la guerre, en diminuant les souffrances des populations et en éradiquant le principal foyer fanatique qui a déjà tué ou mutilé des centaines de Français de Nice à Paris...

Mais tout cela est trop dur à comprendre pour un journaliste du « service public » biberonné à la « déontologie » façon BHL. Lecteurs en treillis de Libé, auditeurs matutinaux de France-Inter, imprégnez-vous donc de cette évidence première : une bombe russe lancée par un aviateur régulier de l’Armée syrienne ne saurait frapper que des « civils innocents », de préférence mineurs. Alors qu’une bombe US propulsée par une des multiples factions rivales encerclant Mossoul ne peut immanquablement frapper que des « terroristes ». Ben voyons !

Ils appellent ça de l’ « info ». Si bien que l’auditeur bobo moyen de France-Inter (qui n’est pas du reste ce qui se fait de pire en matière de bourrage de crâne, et cela ne rassurera personne...) croit nécessaire, quand on l’autorise à jacter brièvement dans le poste que financent ses impôts, de féliciter d’abord avec effusion MM. Demorand, Guetta et Cohen « pour la remarquable qualité de leurs émissions »...

Par Georges Gastaud, porte-parole national du PRCF, le 17 octobre 2016

www.initiative-communiste.fr

»» http://www.initiative-communiste.fr/articles/international/dalep-a-mos...
URL de cet article 31041
   
Point de non-retour
Andre VLTCHEK
LE LIVRE : Karel est correspondant de guerre. Il va là où nous ne sommes pas, pour être nos yeux et nos oreilles. Témoin privilégié des soubresauts de notre époque, à la fois engagé et désinvolte, amateur de femmes et assoiffé d’ivresses, le narrateur nous entraîne des salles de rédaction de New York aux poussières de Gaza, en passant par Lima, Le Caire, Bali et la Pampa. Toujours en équilibre précaire, jusqu’au basculement final. Il devra choisir entre l’ironie de celui qui a tout vu et l’engagement de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(...) quelqu’un a dit il y a vingt ans : "vous pouvez croire tout ce qu’on raconte sur cet homme, sauf qu’il est mort".

(...) Ce lieu sera pour toujours un témoignage de lutte, un appel à l’humanisme. Il sera aussi un hommage permanent à une génération qui voulait transformer le monde, et à l’esprit rebelle et inventif d’un artiste qui contribua à forger cette génération et en même temps en est un de ses symboles les plus authentiques.

Les années 60 étaient bien plus qu’une période dans un siècle qui touche à sa fin. Avant toute chose, elles ont été une attitude face à la vie qui a profondément influencé la culture, la société et la politique, et a qui a traversé toutes les frontières. Un élan novateur s’est levé, victorieux, pour submerger toute la décennie, mais il était né bien avant cette époque et ne s’est pas arrêté depuis. (...)

Avec une animosité obstinée, certains dénigrent encore cette époque - ceux qui savent que pour tuer l’histoire, il faut d’abord lui arracher le moment le plus lumineux et le plus prometteur. C’est ainsi que sont les choses, et c’est ainsi qu’elles ont toujours été : pour ou contre les années 60.

Ricardo Alarcon,
président de l’Assemblée Nationale de Cuba
Allocution lors de l’inauguration de la statue de John Lennon à la Havane, Décembre 2000

CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
21 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
66 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.