RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

Un système anarchique

L’une des lois fondamentales du système capitaliste est la loi de l’offre et de la demande. Tout ce qui est rare a de la valeur et inversement. Depuis sa création, les ressources naturelles sont abondantes, et donc en aucun cas elles ont une quelconque valeur aux yeux des capitalistes. C’est cette déconsidération là qui pousse chaque capitaliste à négliger de reconstituer les conditions de reproduction du cycle productif. Ils se bornent à faire un usage sauvage du milieu naturel, en puisant inconsidérément dans les stocks épuisables. Les dommages causés à l’environnement et les frais reportés sur l’avenir ne sont que des victimes collatérales lors de la lutte à mort avec la concurrence. Étant proprement incalculables, ils passent d’autant plus inaperçus. Ce qui est calculable, par contre, c’est le prix qu’il aurait fallu payer pour procéder de façon prudente et écologiquement responsable, mais les entreprises qui aurait ce genre de scrupule subirait un désavantage comparatif irréversible vis-à-vis de la concurrence. C’est ainsi que la croissance de l’économie se réalise pour une large part au prix d’une dégradation infligée à la planète.

Mais le productivisme qui est aujourd’hui connoté négativement était initialement associé à un progrès considérable. Il était inimaginable en 1850 que les ressources du monde allaient être limités et qu’on allait atteindre de tel degré de productivité. Lorsque Marx parle de productivité, il ne parle pas de portable, de bagnole, de console de jeux ou d’autre choses superflues. À leur époque on manquait quasiment de tout, partout. Aussi l’objectif était aussi d’augmenter considérablement la production. Mais aujourd’hui qu’il y a profusion de marchandises (même si elles sont mal réparties) augmenter la production n’a pas la même portée qu’il y a 150 ans. C’est sûrement pour cette raison et pour l’exploitation effronté du Marxisme que la tare du productivisme lui est tombé sur la tête. Mais c’était vite oublié que Marx était conscient bien avant l’heure des problèmes écologiques engendrées par le capitalisme. Dans le Capital d’ailleurs il a écrit la fameuse phrase :« La production capitaliste ne se développe qu’en épuisant simultanément les deux sources d’où jaillit toute richesse : la terre et le travailleur. »

Intrinsèquement le mode de production capitaliste, quant à lui, ne peut être vertueux écologiquement. En effet sous ce mode de production, si une augmentation de productivité se faisait jour, alors elle serait utilisé pour produire plus afin de vendre plus. Dans ce cadre là, le phénomène de surproduction devient inéluctable. Et cette surproduction là, amène directement au chômage et à la précarité, alors que sous le socialisme, l’augmentation de productivité est vécu comme une chance qui bénéficie à tous car elle permettrait de diminuer le temps de travail et donc d’augmenter celui des loisirs. Mais ce problème est le résultat d’un problème encore plus profond, qui consiste à comparer le système à un système à proprement dit anarchique.

En effet, « les péréquations entre les besoins et les marchandises sont strictement fortuites », et elles s’opèrent de manière anarchique, par la confrontation de l’offre et de la demande, directement sous la loi du marché. Ceci oblige toujours à ajuster après coup les quantités et les prix à la demande. Mais c’est exactement parce que cet ajustement se fait après coup que les conséquences sont dramatiques : sous-utilisation des machines, marchandises invendues, forces de travail licenciées, baisse de la consommation, baisse de l’investissement, et in fine entreprises en faillites. Ces réactions en chaîne sont bien connues et peuvent transformer une perturbation localisée en une crise généralisée puis systémique. Cette confrontation bancale que même les banquiers et les barons de l’industrie ne contrôlent pas est toujours l’occasion de grande souffrance de la part du prolétariat. Pour résoudre ceci on est en droit de se demander pourquoi chaque branche industrielle ne produit-elle pas exactement selon les besoins de la population ? Marx a répondu à ceci par la question suivante : « Comment croire que sur la base de la production capitaliste où chacun travaille pour soi et contre tous, la péréquation et la cohérence nécessaire de la production, pourraient-elles faire pour trouver un équilibre ? »

Ce phénomène d’anarchie de la production est la conséquence de la propriété privée des moyens de production. Les disproportions générées par le capital, aboutissent à des crises de plus en plus violentes, mais ne se réduisent pas, loin de là, à des problèmes d’équilibres quantitatifs de productions entre les diverses sphères de l’activité économique. Il révèle surtout que la crise est le moment paroxystique de ce mouvement chaotique, moment où l’anarchie est devenue un obstacle à la survie.

»» http://les-tribulations-de-l-ecocolo-ecoconome.over-blog.com/2016/10/u...
URL de cet article 30954
Même Thème
LA FIN DU CAPITAL - Pour une société d’émancipation humaine
André Prone
Le capitalisme fait subir aux peuples sa crise mondiale. Mais derrière les terribles épreuves de ses ruses alternatives pour en sortir et malgré l’échec douloureux des pseudo-socialismes laissant place à un entredeux mondes, se construit pas à pas une nouvelle conscience sociale qui apprend, dans la révolte parfois désespérée ou la révolution, à combattre la corruption et les dérives mafieuses d’un système profondément gangrené. Les deux conflits mondiaux au nom de l’Empire et de la Barbarie, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’abstrait n’a pas d’image, c’est son défaut ontologique. Seul le réel est filmable. Pas la réalité.

Ignacio Ramonet

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
17 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.