RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

Cuba/Etats-Unis : nouvelles mesures Obamiennes

Treize jours avant la séance de l’Assemblée générale des Nations Unies consacrée au vote de la résolution cubaine demandant la levée du blocus économique, commercial et financier des USA, Washington (serait-ce coïncidence ? et certains Cubains le croient…) annonce quelques mesures discrètes (qui les arrangent, au fond) qui ne modifient en rien l’essentiel et l’essence du blocus.

Cela est si vrai que, même si l’administration Obama a annoncé en mars dernier que Cuba pourrait désormais utiliser le dollar dans ses transactions financières internationales, aucune instance cubaine n’a pu le faire à ce jour (14 octobre) parce que les banques étasuniennes et d’ailleurs refusent toujours la moindre opération avec Cuba de peur de se voir infliger des amendes se montant parfois à des milliards de dollars… Il faudrait que l’administration fasse l’effort de préciser que les transactions avec Cuba ne sont plus punissables, mais apparemment elle ne l’a pas encore fait, sans doute parce qu’elle estime qu’elle a d’autres chats à fouetter et surtout parce que, comme l’a reconnu ouvertement Obama, le blocus, donc les sanctions contre Cuba, sont « un moyen de pression » pour obtenir les « changements » qu’elle souhaite voir s’opérer à Cuba. Sur ce point, Obama maintient sa ligne de conduite.

Donc les nouvelles mesures concernent la coopération scientifique dans le domaine médical entre les deux pays, l’octroi de bourses d’études (dont on a vu tout récemment avec l’affaire Learning World qu’elles ne sont en rien innocentes…) et les produits que les visiteurs inscrits dans les douze catégories autorisées à ce jour (le tourisme à proprement parler restant interdit, son autorisation dépendant du Congrès depuis la signature par Clinton en 1996 de la Loi Helms-Burton) pourront rapporter aux Etats-Unis…

Ainsi donc, les médicaments produits à Cuba pourront obtenir l’approbation de l’Administration des aliments et médicaments (FDA) et être vendus aux USA, et ce à compter du 17 octobre. Les bourses concerneront la recherche scientifique et les activités religieuses (sic).

Susan Rice, conseillère d’Obama à la sécurité nationale, a eu ce matin un dialogue depuis le Wilson Center sur « les effets et l’avenir de la politique du président vis-à-vis de Cuba ».

J-F Bonaldi

Le communiqué du Département du Trésor apparaît sur :

https://s3.amazonaws.com/public-inspection.federalregister.gov/2016-25032.pdf

SUMMARY : The Department of the Treasury’s Office of Foreign Assets Control (OFAC) is amending the Cuban Assets Control Regulations to further implement elements of the policy announced by the President on December 17, 2014, to engage and empower the Cuban people. Among other things, these amendments authorize certain transactions related to Cuban-origin pharmaceuticals and joint medical research ; add, expand, and clarify authorizations relating to trade and commerce ; authorize certain civil aviation safety-related services ; further facilitate authorized travel to Cuba ; and expand the authorizations for grants and humanitarian-related services designed to directly benefit the Cuban people. These amendments also implement certain technical and conforming changes. OFAC is making these amendments in support of the process of normalizing bilateral relations with Cuba.

URL de cet article 31020
Même Auteur
Cuba est une île
Danielle BLEITRACH, Jacques-François BONALDI, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur " Cuba est une île. Comment l’aborder ? S’agit-il de procéder à des sondages dans ses eaux alentours de La Havane, là où gisent toujours les épaves des galions naufragés ? Ou encore, aux côtés de l’apôtre José Marti, tirerons-nous une barque sur la petite plage d’Oriente, et de là le suivrons -nous dans la guerre d’indépendance ? Alors, est-ce qu’il l’a gagnée ? C’est compliqué ! L’écriture hésite, se veut pédagogique pour exposer les conséquences de la nomenclature sucrière. L’épopée (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsque l’on tente, comme ce fut le cas récemment en France, d’obliger une femme à quitter la Burqa plutôt que de créer les conditions où elle aurait le choix, ce n’est pas une question de libération mais de déshabillage. Cela devient un acte d’humiliation et d’impérialisme culturel. Ce n’est pas une question de Burqa. C’est une question de coercition. Contraindre une femme à quitter une Burqa est autant un acte de coercition que l’obliger à la porter. Considérer le genre sous cet angle, débarrassé de tout contexte social, politique ou économique, c’est le transformer en une question d’identité, une bataille d’accessoires et de costumes. C’est ce qui a permis au gouvernement des Etats-Unis de faire appel à des groupes féministes pour servir de caution morale à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Sous les Talibans, les femmes afghanes étaient (et sont) dans une situation très difficile. Mais larguer des "faucheuses de marguerites" (bombes particulièrement meurtrières) n’allait pas résoudre leurs problèmes.

Arundhati Roy - Capitalism : A Ghost Story (2014), p. 37

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
66 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.