RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

Friedman veut faire du "Poutine bashing" et se prend les pieds dans le tapis.

Avec sa bêtise et son arrogance habituelles, Tom Friedman rejoint le cirque du bashing de Poutine, comme une centaine de chroniqueurs avant lui, et relie Poutine à Trump pour atteindre sa vraie cible. Mais, comme d’habitude, Friedman ne fait que la démonstration d’un rare manque de connaissance et de compréhension des réalités. Ainsi, selon lui, Poutine est mauvais, parce que :

Un rapport de 2015 de The Moscow Times indique que « l’espérance de vie en Russie a augmenté beaucoup plus lentement que dans le reste du monde, au cours des 20 dernières années, selon une étude de l’Institut étasunien de météorologie et d’évaluation sanitaires. » Cela coïncide presque exactement avec la période où Poutine a dirigé le pays. Selon l’article : « Au cours de la période 1990-2013 [l’espérance de vie] n’a augmenté que d’1,8 année, en Russie, alors que l’augmentation moyenne mondiale était de 6,2 années, ce qui a repoussé la Russie derrière les 100 pays où l’espérance de vie était la plus élevée, en le plaçant à la 108ème position – entre l’Irak et la Corée du Nord ».

Voici le graphique sur l’espérance de vie en Russie.

On peut clairement distinguer deux périodes avec des tendances très différentes : dans les années 1990, les étudiants de Harvard ont donné à la Russie des cours de vol qualifié au nom du laissez-faire*. L’espérance de vie a alors dégringolé de 63,76 années pour les hommes en 1990, à 58,53 en 2003. Elle a commencé à se redresser en 2005 et augmente depuis. En 2010, l’espérance de vie des hommes était revenue à 63,09 et en 2015 elle avait atteint 65,92.

Quelle est la part de responsabilité de Poutine là-dedans ?

Poutine est devenu président par intérim de la Fédération de Russie le 31 décembre 1999. Dans les années 1990, il était la plupart du temps premier vice-président du gouvernement de Saint-Pétersbourg – un poste qui lui donnait peu de pouvoir sur la santé de la nation russe, c’est le moins qu’on puisse dire. Poutine n’est donc absolument pas responsable de la chute de l’espérance de vie en Russie. Par contre il était aux responsabilités quand elle a commencé à remonter et il y est toujours, par conséquent, s’il est responsable de quelque chose, c’est de la spectaculaire augmentation de l’espérance de vie des Russes.

En 2015, la Russie se plaçait au 110ème dans la liste des pays de l’OMS pour l’espérance de vie. Ce n’est pas génial, mais c’est beaucoup mieux que 15 ans plus tôt, quand Poutine est arrivé aux responsabilités. Pendant les quinze ans que Poutine a passé au somment de l’état, l’espérance de vie en Russie a augmenté de près de 7 années, soit environ 12%.

L’augmentation de l’espérance de vie d’une nation est loin d’être le signe d’un leader « fort » (quel qu’il soit). Mais c’est le signe que l’administration d’un pays est assez bien dirigée et fonctionne bien.

Ne vous attendez pas à cela aux Etats-Unis si la candidate favorite de Tom Friedman, Hillary Clinton, remporte la présidence. En ce qui concerne les connaissances et la décence, Friedman et Clinton ne valent pas mieux l’un que l’autre. Comme quelqu’un qui vit en ce moment un échec personnel, un certain Colin Powell, l’a si bien dit :

« Tout ce qu’Hillary Clinton touche tourne au fiasco tant elle est arrogante. »

Il suffit de voir l’exemple (de Friedman) que je viens de citer. Si j’avais à choisir entre Poutine et Hillary Clinton, je choisirais sans hésitation Poutine.

Moon of Alabama

Note
* laissez-faire, en français dans le texte

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.moonofalabama.org/2016/09/friedman-attempts-bash-putin-stic...
URL de cet article 30887
Gabriel Péri : homme politique, député et journaliste
Bernard GENSANE
Mais c’est vrai que des morts Font sur terre un silence Plus fort que le sommeil (Eugène Guillevic, 1947). Gabriel Péri fut de ces martyrs qui nourrirent l’inspiration des meilleurs poètes : Pierre Emmanuel, Nazim Hikmet, ou encore Paul Eluard : Péri est mort pour ce qui nous fait vivre Tutoyons-le sa poitrine est trouée Mais grâce à lui nous nous connaissons mieux Tutoyons-nous son espoir est vivant. Et puis, il y eu, bien sûr, l’immortel « La rose et le réséda » qu’Aragon consacra (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand je suis arrivé au pouvoir, les multinationales recevaient 82% des revenus de nos matières premières et nous 18%. Aujourd’hui c’est l’inverse ! J’ai fait ce qu’il y avait à faire pour mon peuple. J’attends maintenant qu’on m’assassine comme ils ont fait avec Chavez.

Evo Morales, Président de la Bolivie

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.