RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

Pourquoi le cyclone Matthew n’a-t-il tué personne à Cuba ? Les médias signalent… Dieu (Cuba Informacion)

Destructions à Baracoa - Alejandro Ernesto EFE

Le cyclone Matthew, le plus puissant à avoir traversé les Caraïbes ces dix dernières années (1) a causé entre 500 (2) et 1 000 morts en Haïti (3), 4 en République dominicaine (4) et 20 aux USA (5), selon des chiffres encore provisoires.

L’ampleur de la catastrophe – quantité de tués, dommages matériels – est sans aucun doute l’argument essentiel en matière d’information. Mais il est un point auquel, malgré son importance, les médias n’ont prêté aucune attention : que ce cyclone, tout aussi destructeur, n’ait causé aucune victime mortelle… à Cuba (6). Expliquer pourquoi devrait être un devoir de la presse internationale, compte tenu de l’intérêt général dont j’ai parlé plus haut. Mais, une fois de plus, sa carence d’indépendance politique l’en a empêché.

Myrta Kaulard, coordinatrice des Nations Unies en poste à Cuba, vantait voilà quelques jours la Défense civile de l’île (7), la présentant comme un exemple de mise en œuvre du Cadre de Sendaï pour la réduction des risques de catastrophes (8) : « Nous observons avec énormément d’admiration tous les efforts que fait le pays pour se préparer, réduire les effets, sauver des vies humaines. À notre avis, c’est un exemple pour le reste du monde. Les investissements que fait Cuba pour protéger les vies et les biens sont extraordinaires », déclarait-elle. La secrétaire générale de l’Association des États des Caraïbes, June Soomer, soulignait aussi l’action de Cuba pour réduire les pertes de vies (9).

Mais rassurez-vous : vous ne lirez aucune de ces déclarations dans la grande presse internationale. Seulement dans les médias cubains.

À ce silence sur le travail de prévention et de protection de la vie humaine à Cuba, s’est ajouté le deux poids deux mesures en matière d’information. Pratiqué par exemple par deux des plus grands journaux en langue espagnole : « El País », de Madrid, et son partenaire de Miami « El Nuevo Herald ».

Leurs notes sur le passage de Matthew aux USA ou en Haïti consistaient en de froids rapports sur les dommages matériels et humains, accompagnés de déclarations de porte-paroles institutionnels : gouverneurs de différents États des USA, représentants de l’ONU, grandes ONG… (10). En revanche, leurs notes sur Cuba étaient des récits chargés de subjectivité, assaisonnés de déclarations dramatiques de prétendus sinistrés se retrouvant dans une situation de vulnérabilité absolue (11).

Rapportant les chiffres donnés par le gouvernement cubain, les deux journaux y ajoutaient l’avertissement de « chiffres officiels », autrement dit peu crédibles. Les chiffres des autorités étasuniennes sur le passage du cyclone aux USA, en revanche, étaient incorporés dans l’information sans même une mention des sources (12).

La seule information publiée dans El País sur le passage de Matthew à Cuba était signée – curieusement – de la fameuse « dissidente » cubaine, Yoani Sánchez (13) qui insistait sur le fait que, sur l’île, « les aides de l’État aux sinistrés tardent trop ». Par contraste, aucune des notes d’El País relatives au passage de Matthew aux USA, en République dominicaine et en Haiti n’abordait la question de la hâte ou du retard des contributions à la reconstruction (14).

El Nuevo Herald allait encore plus loin qu’El País dans ses doutes sur les « chiffres officiels » fournis par le gouvernement cubain. Le 5 octobre, il publiait un article d’opinion de José Daniel Ferrer, meneur d’un des groupes « dissidents » que finance la Maison-Blanche (15). Le texte, intitulé : « Le cyclone Matthew et les mensonges du régime cubain », en arrivait à dire, entre autres nombreuses idioties, que la suspension du service d’Internet n’avait pas été causé par le cyclone, mais qu’il s’agissait d’une mesure du gouvernement pour éviter que des informations « alternatives » ne parviennent au reste du monde. [La fibre optique a été emportée en même temps qu’un pont et a été remise en place dès le lendemain. (NdT)] Et que la « presse officielle » avait à peine informé au sujet du cyclone. Une affirmation vraiment incroyable, quand on sait que les chaînes de télévision, la radio et le web ont assuré un suivi exhaustif, permanent et quasiment monopolistique, non seulement du passage du cyclone, mais encore de tous les préparatifs de prévention au moins une semaine avant (16). Cette couverture a d’ailleurs mérité la reconnaissance formelle de la représentante de l’ONU sur l’île (17).

Que les grands médias reconnaissent les actions de prévention et d’évacuation du gouvernement cubain est absolument impensable. Aussi, cherchant une explication à l’étonnante absence de morts au passage de Matthew, les deux journaux ont recouru à la même explication… surnaturelle. Dans El Nuevo Herald, José Daniel Ferrer expliquait que les gens dans l’Est de Cuba ont attendu « la grâce de Dieu. Et, heureusement pour les habitants de Santiago, il semble que Dieu les ait écoutés » (18) [Matthew a épargné Santiago. (NdT)]. Dans El País, Yoani Sánchez racontait qu’à Baracoa, « les prières s’élevaient au ciel pour que tout se passe ’vite et sans morts’ » (19).

Conclusion : c’est Dieu – et non la Défense civile – qui a sauvé Cuba du cyclone Matthew. Maintenant, il ne lui reste plus qu’à sauver… le journalisme !

José Manzaneda

José Manzaneda est coordinateur de Cubainformación

Traduit par J-F Bonaldi à la Havane

(1) https://mundo.sputniknews.com/america_del_norte/201610101064016349-mat...

(2) http://www.cronica.com.mx/notas/2016/988834.html

(3) http://www.rtve.es/noticias/20161010/haiti-comienza-enterrar-muertos-m...

(4) http://www.bbc.com/mundo/noticias-america-latina-37564959

(5) http://www.telam.com.ar/notas/201610/166374-estados-unidos-huracan-mat...

(6) http://www.cubadebate.cu/noticias/2016/10/09/recorrio-raul-zonas-afect...

(7) http://www.adelante.cu/index.php/es/noticias/noticias-de-cuba/7484-elo...

(8) https://www.unisdr.org/files/43291_spanishsendaiframeworkfordisasterri.pdf

(9) http://www.cubainformacion.tv/index.php/america-latina/71188-el-caribe...

(10) http://internacional.elpais.com/internacional/2016/10/08/actualidad/14...

(11) http://www.elnuevoherald.com/noticias/mundo/america-latina/cuba-es/art...

(12) http://www.elnuevoherald.com/noticias/tiempo/huracanes/article106633662.html

(13) http://internacional.elpais.com/internacional/2016/10/05/america/14756...

(14) http://internacional.elpais.com/internacional/2016/10/06/actualidad/14...

(15) http://www.elnuevoherald.com/opinion-es/opin-col-blogs/opinion-sobre-c...

(16) http://www.cubadebate.cu/noticias/2016/09/28/se-forma-tormenta-tropica...

(17) http://www.adelante.cu/index.php/es/noticias/noticias-de-cuba/7484-elo...

(18) http://www.elnuevoherald.com/opinion-es/opin-col-blogs/opinion-sobre-c...

(19) http://internacional.elpais.com/internacional/2016/10/05/america/14756...


URL de cet article 31012
Même Thème
Cuba. Ce que les médias ne vous diront jamais (prologue de Nelson Mandela)
Salim LAMRANI
En Occident - en Europe et aux Etats-Unis tout particulièrement -, Cuba suscite énormément de critiques et de controverses. Ce petit pays de onze millions d’habitants dispose d’une couverture médiatique disproportionnée par rapport à sa taille et les médias sont unanimes pour stigmatiser la plus grande île des Caraïbes et diaboliser son leader historique Fidel Castro. Les attaques sont virulentes, jamais nuancées et à sens unique. Cuba serait un enfer pour ses habitants avec un système archaïque et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’information est devenue un produit comme un autre. Un journaliste dispose d’à peine plus de pouvoir sur l’information qu’une caissière de supermarché sur la stratégie commerciale de son employeur.

Serge Halimi

Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
17 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.