RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

L’Argentine : Le retour des Gorilles ?

Après deux mois de gouvernement de Mauricio Macri en Argentine, le ton arrogant de l'exécutif, la vague de licenciements sans précédents et les actions des groupes violents à caractère extrémiste justifient les inquiétudes qui surgissent et la question que se posent davantage de gens : sommes nous en présence dans ce pays sud-américain de l'avènement d'un régime répressif, similaire aux dictatures militaires des années 70 et 80 du siècle dernier ?

Peu de fois on a assisté à une telle attaque contre des mesures favorables au peuple adoptées par un gouvernement antérieur, comme le fait celui de Macri qui est arrivé au pouvoir avec son mot d’ordre “Changeons”, même si nombreux ne s’attendaient pas à ce que ce changement soit si profond et radical.

Jusqu’au présent, 108 000 postes de travail ont été supprimés. La justification avancée par le président provoquerait le rire s’il ne s’agissait pas d’une question si sérieuse. Le chef de l’Etat a prétendu que la faute de ces licenciements revenait au gouvernement de Cristina Fernández, qui a laissé un pays pauvre et avec des problèmes.

Pauvres et avec des problèmes seront ces 108 000 employés et leurs familles dont les revenus étaient assurés et qui doivent maintenant, faire face depuis les rangs des chômeurs, au renchérissement des services d’électricité et de gaz et à la hausse de l’inflation.

On enlève aux riches les impôts, on enlève le travail aux pauvres. Voilà l’équation des temps de changement en Argentine. Il serait bon que les peuples de Notre Amérique tiennent compte de cela, qui est l’essence de la dite “restauration conservatrice » que la droite promeut en fanfare.

Il y a d’autres aspects qui préoccupent aussi dans l’attitude des nouvelles autorités. La poursuite des responsables de mouvements sociaux qui sont à la tête des protestations contre les atrocités commises par ce gouvernement.

C’est le cas par exemple de la leader indienne Milagro Sala, capturée dans la province de Jujuy. Cette femme est députée au Parlement du Mercosur, accusée de prétendus délits d’instigation à commettre des actes illicites.

Avec cette arrestation, les lois argentines, la Constitution et le Code Penal ont été violés, certes, mais ce qui est plus grave encore, on assiste à une tentative de criminaliser les protestations sociales, tout comme sous les dictatures militaires en Argentine lorsqu’être leader syndical, communautaire ou étudiant était plus dangereux qu’être voleur ou assassin.

C’est dans ce contexte que le logement d’Adolfo Pérez Esquivel, Prix Nobel de la Paix a été saccagée et détruite par des groupes néo-fascistes qui agissent en toute impunité.

Ce militant et défenseur des droits de l’homme avait dénoncé le retour en force de ces bandes dans plusieurs points du pays, sans qu’aucune action énergique contre eux ait été prise jusqu’à maintenant.

Selon plusieurs entreprises de sondages, dont Poliarca et Haime & Asociados, le taux de popularité du gouvernement de Macri est tombée de 12 à 9 points depuis décembre, alors que l’opposition à son gouvernement a augmenté de 20 à 32%, ce qui vient démontrer que le changement, selon sa vision particulière, ne soulève pas un grand enthousiasme parmi les Argentins.

Note : Un gorille est une expression servant à désigner un partisan d’un régime répressif avec et beaucoup de muscles et peu de cervelle du type putschiste (Videla , Pinochet), dictatorial, réactionnaire, anticommuniste, etc. En Argentine elle sert à désigner un anti péroniste radical. Cet expression a été remise au goût du jour suite au coups d’Etat au Honduras en 2008.

PS : le dernier tube à la mode en Argentine

Lien

Hay un gorila suelto en la Rosada,
Piensa que este pueblo no va hacer nada,
Nosotros militamos con el alma y el corazón,
Che gorila esa casa es de Perón,
Macri cagon, Macri cagon

Il y a un gorille lâché dans la Rosada (Casa Rosada, le palais présidentiel argentin)
Il pense que ce peuple ne va rien faire,
Nous militons avec l’âme et le coeur,
Eh gorille ce palais est celui de Perón
Macri grand chieur, Macri grand chieur

»» http://www.radiohc.cu/fr/especiales/comentarios/86692-l'argentine...
URL de cet article 30067
Éric Laurent. Le scandale des délocalisations.
Bernard GENSANE
Ce livre remarquable est bien la preuve que, pour l’hyperbourgeoisie, la crise n’est pas le problème, c’est la solution. Éric Laurent n’appartient pas à la gauche. Il est parfois complaisant (voir ses livres sur Hassan II ou Konan Bédié). Mais dans le métier, on dit de lui qu’il est un " journaliste d’investigation " , c’est-à -dire … un journaliste. Un vrai. Sa dénonciation des délocalisations, par les patronats étatsunien et français en particulier, est puissamment documentée et offre une (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les individus ne constituent une classe que pour autant qu’ils ont à soutenir une lutte commune contre une autre classe ; pour le reste, ils s’affrontent en ennemis dans la concurrence.

Karl Marx

CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
21 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.