RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

Indignation sélective de la France

Devant les tragédies humaines qui résultent des conflits armés ayant cours au Moyen-Orient, la France manifeste assurément une indignation sélective. Elle en fait la preuve dans l’attitude qui est la sienne sur ce qui se passe à Alep en Syrie et ce qui a eu lieu il y a trois jours à Sanaa au Yémen.

Concernant Alep dont les forces du régime bombardent les quartiers sous contrôle des groupes amés djihado-terroristes, Paris clame qu’il n’est pas « possible de fermer les yeux ou de rester indifférent » face à la situation et son ministre des Affaires étrangères s’est frénétiquement employé à tenter de faire voter par le Conseil de sécurité de l’ONU un projet de résolution au contenu contraignant uniquement pour le régime syrien et son allié russe. Mais si la France s’indigne face aux bombardements d’Alep et les dénonce comme étant des crimes de guerre dont les responsables devront rendre compte devant la justice internationale, elle observe une retenue dans la condamnation du carnage commis à Sanaa, la capitale yéménite, par l’aviation de la coalition menée par l’Arabie saoudite. Pour ce crime, l’on n’assistera sûrement pas à une offensive diplomatique française visant à faire condamner Ryadh et ses alliés. Paris s’est contenté de déplorer l’action de l’aviation de la coalition et de formuler à l’endroit de l’Arabie saoudite d’hypocrites recommandations de retenue et les appels à éviter de bombarder des cibles où se trouveraient des civils.

En s’agitant fébrilement sur le dossier syrien et en se désintéressant cyniquement de celui du Yémen, la France fait la preuve qu’elle n’agit pas pour des considérations humanitaires. Plus personne ne fait crédit à la rhétorique moralisante dont les gouvernants français font usage pour désarmer la critique que soulèvent leurs prises de position et décisions sur le conflit syrien et les autres. Sur la Syrie et le Yémen, la France est dans l’alignement servile derrière l’Arabie saoudite et les autres pétromonarchies qui pour étouffer chez elle toute honte d’être réduite à cette vassalité l’arrosent abondamment en pétrodollars. Cette même France qui, gouvernée par la gauche ou par la droite, se pique d’être investie d’un magistère moral dont découleraient sa diplomatie internationale et les actes qu’elle assume.

Nostalgique d’une grandeur disparue, la France n’a plus que l’usage du « moulin à parole » pour en entretenir le mythe. Nul n’est dupe de ses coups de colère et encore moins du spectacle de ses démonstrations de puissance. Pas même les Etats africains qu’elle persiste à considérer comme faisant inamoviblement partie de son pré carré. Washington n’a que condescendance à son égard qui s’exprime parfois ouvertement et sans respect pour sa dignité.

Quant à Moscou, et après avoir vainement tenté de faire comprendre à Paris que la grandeur de la France c’est justement de refuser la vassalité à l’égard et de l’Amérique et des pétromonarchies, sa politique envers la France est celle de ne plus la considérer comme une grande puissance avec laquelle la Russie se doit de compter et de composer.

»» http://lakoom-info.com/++cs_INTERRO++p=6578
URL de cet article 31004
Propagande impériale & guerre financière contre le terrorisme
Ibrahim WARDE
« Après chaque attentat, des experts autoproclamés dénoncent les réseaux de financement du terrorisme. Les enquêtes ont beau démontrer que ces attentats nécessitent en réalité très peu de fonds, pour les idéologues endurcis qui forment les bataillons des "guerriers de la finance", l’absence de preuve ne signifie rien : il faut multiplier les attaques contre l’argent caché des terroristes. Or les frappes financières, si elles sont le plus souvent sans effets réels sur leurs cibles officielles, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

On ne mesure pas la puissance d’une idéologie aux seules réponses qu’elle est capable de donner, mais aussi aux questions qu’elle parvient à étouffer.

Günter Anders
L’Obsolescence de l’homme (1956)

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
50 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.