RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

Charlie Hebdo 2016 ou la deuxième mort de Wolinski, Charb et Bernard Maris

Septembre 2015  : un article publié par Le Grand Soir, s’insurgeait de la présence à la fête de l’Humanité de Gérard Biard, rédacteur en chef de Charlie Hebdo et traficoteur de dépêches de l’AFP pour enfoncer les peuples en lutte. ICI

Janvier 2016 : la page 15 de Charlie Hebdo est consacrée à un délire anticommuniste de Thierry Wolton, présenté comme auteur d’un « ouvrage de référence » décryptant la « puissance hypnotique » de « tous les communismes », Cuba inclus dont deux amis fidèles, Wolinski (1) et Charb, ont été liquidés un an plus tôt par des fous pétris de haine.

Le communisme, écrit Wolton, est coupable de « ravages humains apocalyptiques » niés par « une intelligentsia occidentale aveuglée » (dont Wolinski qui dessina dans « L’organe central du Parti communiste français » et Charb qui proclamait : « Je suis communiste »).

Une perle parmi d’autres pour pointer la finesse et la profondeur de Wolton : la phrase du grand coupable de tout, Karl Marx : « La lutte des classes est le moteur de l’histoire » est « criminogène ». Ô Bernard Maris ! qui se faisait ostensiblement photographier en exhibant Le Capital ICI auquel il a consacré un livre (« Marx, ô Marx, pourquoi m’as-tu abandonné ? »).

Mais ce n’est pas tout, dans sa page 14, sous le titre « Copinage », le journal fait une longue pub énamourée à l’album photos de Reporters sans frontières, cette fausse ONG subventionnée par des officines écrans de la CIA et enfant grassouillet de l’actuel maire FN de Béziers.

Enfin, la même page vous invite à vous abonner à Libération (ô Choron ! ô Reiser ! ô Cavanna !) dont Le Grand Soir a aussi démontré l’art de traficoteur les textes pour enfoncer les peuples en lutte. ICI

Dire « Je suis Charlie » en 2016, c’est aussi malin que de lire Libération sans savoir que Sartre est mort ou voter PS en confondant Hollande et Jaurès.
C’est prendre pour devise : « Il est des morts qu’il faut qu’on tue ».

Théophraste R.

(1) Un buste de Wolinski, réalisé par le sculpteur français Gérard Lartigue, va être érigé ce mois-ci au musée de l’humour de San Antonio de Los Banos à Cuba. En présence du chef d’un hebdo français pourfendeur de Cuba, du communisme et de Marx ?

URL de cette brève 4947
https://legrandsoir.info/charlie-hebdo-2016-ou-la-deuxieme-mort-de-wolinski-charb-et-bernard-maris.html
Print Friendly and PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
16/01/2016 à 12:52 par Cunégonde godot

Enfin, la même page vous invite à vous abonner à Libération (ô Choron ! ô Reiser ! ô Cavanna !)

Il serait bon de relire de (très) anciens numéros de Charlie Hebdo. On se rendrait peut-être compte qu’entre la ligne "Charlie" de ces dix dernières années et les précédentes, il n’y a que l’épaisseur d’un papier à cigarettes. Les anciens avaient un peu plus de talent, un peu seulement car cela a tout de même mal vieilli (Wolinski un peu moins).

#121692 
16/01/2016 à 14:18 par Chris DEL.

Charlie signifierait "il est des morts qu’il faut qu’on tue" (une seconde fois) Et vous citez des noms de "morts exécutés une seconde fois" ! Pour qu’ils ne restent pas vivant idéologiquement alors qu’ils sont bien morts physiquement ! Cela va faire du bruit !

#121697 
16/01/2016 à 14:25 par Feufollet

Mon vieux Charlie
Les fripouilles et ripouilles t’ont achevé
Enterrés les derniers rescapés contestataires
Ils font de la contestation à l’envers
Quand on dit que le capitalisme peut tout recycler
A son avantage.. Même la contestation de gôôche

#121698 
16/01/2016 à 14:36 par gus de nantes

en réponse à cunégonde .....

c’est siné qui va être content d’apprendre qu’il n’est pas plus épais qu’une feuille de papier à cigarette ...

#121699 
16/01/2016 à 15:37 par hf

Peut-être la direction actuelle profite t-elle justement de la disparition de ceux que vous citez, qu’on voyait tous les ans à la fête de l’Huma, pour tourner la page et accélerer une réorientation plus conforme à l’air du temps, portée par la vague de sympathie depuis un an ?

#121700 
17/01/2016 à 20:04 par Roger

Dès le 8 Janvier, jusqu’à l’apogée du 11, puis la pâle et dégoulinante compassionnelle dernière commémoration, tout cela se révèle pour ce que c’est : de la pure et sans vergogne récupération politicienne.

#121712 
18/01/2016 à 00:21 par Chien Guevara

Allez, lachez-vous, affublez moi de complotisme !

Je trouve quand même assez troublant que ces "terroristes" de "l’attentat" de Charlie Hebdo, n’aient tué pratiquement que des "communistes".
Au passage d’ailleurs Cabu, de son vrai nom Jean Cabut, avait, parait-il ôté le "T" de son nom, afin qu’il devienne un anagramme de Cuba. Ce qui ramène à trois, le nombre d’amis de cette île, liquidés.
Quand à Bernard Maris, il était le seul économiste que j’arrivais à lire jusqu’au bout, les autres m’exaspérant plus ou moins rapidement (Piketty inclus). Allez savoir pourquoi ...

#121716 
18/01/2016 à 23:12 par Geb.

Moi, ce qui me désole c’est que les Communistes qui y ont été assassinés n’aient pas réussi à faire leur autocritique à temps, (Se supporter un Vals comme Redac Chef ça méritait de faire jouer la Clause de conscience), et à comprendre comment on les amenait à l’abattoir en les astiquant comme défenseurs de la Liberté.

D’autant que parmi ces Communistes il y en avait de ma génération. Qui auraient du savoir comment le fascisme ferre les chevaux à l’envers pour faire agir les Communistes peu informés ou pas assez vigilants contre leurs propres intérêts, surtout avec les fréquentations douteuses.

Personnellement j’ai fréquenté de très près le milieu de ce qu’on pouvait encore appeler les "Journalistes communistes" à l’époque, J’y suis même né et y ai travaillé 42 ans, (C’est presque une affaire de famille), et j’a pu voir comment il a été facile au Pouvoir d’en récupérer certains en les attirant du côté ou ils voulaient tomber,

Alors pour mon cas tu n’est pas "complotiste", et même tu es en dessous de la réalité objective.

Ce qu’on est en train de découvrir sur l’origine et le cursus international des armes qu ont servi à l’attentat montre qu’il y a des zones d’ombres par centaines dans cette affaire et qu’il n’y pas que des djihadistes fous dans le coup.

#121732 
RSS RSS Commentaires
   
Éric Dupont-Moretti : "Condamné à plaider"
Bernard GENSANE
Il a un physique de videur de boîte de nuit. Un visage triste. De mains trop fines pour un corps de déménageur. Il est toujours mal rasé. Il sera bientôt chauve. Parce que ce ch’ti d’origine italienne est profondément humain, il est une des figures les plus attachantes du barreau français. Il ne cache pas sa tendance à la déprime. Il rame, il souffre. Comme les comédiens de boulevard en tournée, des villes de France il ne connaît que les hôtels et ses lieux de travail. Il a décidé de devenir avocat le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si le Président se présente devant le Peuple drapé dans la bannière étoilée, il gagnera... surtout si l’opposition donne l’impression de brandir le drapeau blanc de la défaite. Le peuple américain ne savait même pas où se trouvait l’île de la Grenade - ce n’avait aucune importance. La raison que nous avons avancée pour l’invasion - protéger les citoyens américains se trouvant sur l’île - était complètement bidon. Mais la réaction du peuple Américain a été comme prévue. Ils n’avaient pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils ont suivi aveuglement le Président et le Drapeau. Ils le font toujours ! ».

Irving Kristol, conseiller présidentiel, en 1986 devant l’American Enterprise Institute

Le 25 octobre 1983, alors que les États-Unis sont encore sous le choc de l’attentat de Beyrouth, Ronald Reagan ordonne l’invasion de la Grenade dans les Caraïbes où le gouvernement de Maurice Bishop a noué des liens avec Cuba. Les États-Unis, qui sont parvenus à faire croire à la communauté internationale que l’île est devenue une base soviétique abritant plus de 200 avions de combat, débarquent sans rencontrer de résistance militaire et installent un protectorat. La manoeuvre permet de redorer le blason de la Maison-Blanche.

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.