RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
 

Côte d’Ivoire : Marche des patriotes ivoiriens de France.

(LOUIS FRANCK ADOU de l’Inter, menacé d’expulsion).

En marge des négociations de Marcoussis,le collectif des
ivoiriens de France organisait une grande marche de soutien au pouvoir
Gbagbo. Il est 14 heures quand la célèbre place de la République(Paris) se
remplissait de Monde. On pouvait remarquer la présence de nombreuses
personnalités ivoiriennes venues normalement dans le cadre de la rencontre
de Marcoussis, mais qui pour des questions de restriction, n’ont pas été les
bienvenues à cette table ronde tenue à huis-clos. tels le jeune Diabaté Bê
du Conseil économique et social ou l’ex-ministre BRO Grébé.

Outre cette
présence exceptionnelle d’autorités politiques, plusieurs journalistes et
réalisateurs étaient du cortège. La foule avançait de la place de la
République vers la Bastille lorsque le confrère de l’inter, Louis Franck
Adou fut accosté par le réalisateur ,Lacote Alain. Le correspondant de
l’Inter avait effectué le déplacement de l’Allemagne spécialement pour la
couverture des assises de Marcoussis. "Vous êtes bien le journaliste qui
aviez fait un papier sur le financement du film de M.Bernard Scheuer
intitulé:Côte d’Ivoire, poudrière identitaire" demande le réalisateur Lacote
à notre confrère.
"Oui"répondit-il.
Alors, intéressé en vue de compléter son documentaire sur l’actuelle crise
ivoirienne, M.Lacote sollicita sur place une interview filmée de notre
confrère.
Le correspondant de l’Inter a à peine commencé sa présentation quand
certains curieux marchant à côté d’eux les envahissèrent. "Voici le
journaliste qui a écrit contre le président Gbagbo" lança une femme dans la
foule venue écouter l’interview. En clair, notre confrère avait commenté
certains propos tenus par le président Gbagbo sur le comportement des
africains immigrés en France pour leur recherche de travail ; propos
retransmis sur une chaîne de télévision française en Mars 2001.

C’était sans
compter sur un déchaînement de cette foule qui prenait la proportion d’un
meeting."Il est du RDR, c’est un assaillant"appuyait quelqu’un dans la
foule. Monsieur Louis Franck Adou est passé de justesse à côté d’un lynchage
collectif du fait de son passeport ivoirien."En plus il est baoulé avec son
patronyme, Adou" faisait remarquer la foule."Si tu es baoulé, que viens-tu
faire à la marche des bétés ?" réclamait une dame très excitée et cherchant à en
découdre avec notre confrère.
Comme seule réplique, le correspondant de l’Inter a regretté le comportement
tribal de la foule : "c’est malheureux que les ivoiriens pensent
ainsi". Réplique qui à nouveau a mis le feu à la poudre.
Le réalisateur très confondu conseilla à notre confrère de quitter le
cortège. Les deux hommes se retrouvèrent finalement dans un Café de la place
où ils terminèrent leur entretien. Il faut constater que quelques minutes
auparavant, un autre confrère, Joachim Beugré du quotidien ivoirien"les 24
minutes" était victime des débordements de cette même foule . Il a du
simplement abandonner la manif très tôt.

Marche des bétés ou marche des patriotes, il serait souhaitable que
l’ivoirien du 21è siècle comprenne que la Côte d’Ivoire trouve sa richesse
culturelle avec toutes les composantes du peuple de Côte d’Ivoire, y compris
les baoulés. Le territoire ivoirien étant un et indivisible, le président
Gbagbo ne doit pas paraître aux yeux de certains concitoyens comme celui
d’une association communautaire. Il est le garant non seulement de la Côte
d’Ivoire mais aussi de tous les peuples de Côte d’Ivoire. Et si les
Ivoiriens pensent être au rendez-vous de cette nouvelle ère dite de
mondialisation avec son vaste réseau de communication, ils devraient
encourager ces hommes de médias qui s’efforcent d’informer l’opinion de
façon objective malgré tout.

URL de cet article 498
Leur Grande Trouille - journal intime de mes "pulsions protectionnistes"
François RUFFIN

GoodYear, Continental, Whirlpool, Parisot-Sièges...
Depuis dix ans, à travers la Picardie d’abord, la France ensuite, j’ai visité des usines de robinets, de pistons, de cacao, de lave-linge, de canapés, de chips ; de yaourts, avec toujours, au bout, la défaite.
Ca m’a lassé de pleurnicher. Mieux valait préparer la contre-offensive.
C’est quoi, leur grande trouille, en face ? Leur peur bleue ?
Il suffit de parcourir le site du MEDEF. Ou de lire leurs journaux, Le Monde, La Tibune, Les Echos : (...)

Agrandir | voir bibliographie

 

Il n’y a pas de moyen plus violent de coercition des employeurs et des gouvernements contre les salariés que le chômage. Aucune répression physique, aucune troupe qui matraque, qui lance des grenades lacrymogènes ou ce que vous voulez. Rien n’est aussi puissant comme moyen contre la volonté tout simplement d’affirmer une dignité, d’affirmer la possibilité d’être considéré comme un être humain. C’est ça la réalité des choses.

Henri Krazucki
ancien secrétaire général de la CGT
Extrait sonore du documentaire de Gilles Balbastre "Le chômage a une histoire",

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
113 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire :je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos déclarations, (...)
42 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.